post

Pour vivre heureux vivons cachés ?

Bonsoir à tous,
     Je suis d’une humeur un peu étrange au moment où je vous écris car remplie d’émotions et de sentiments différents. J’ai envie d’aborder un sujet qui me touche particulièrement et à la fois je redoute d’en parler car je sais d’avance que certaines réactions risquent de me déranger, de me décevoir, de m’agacer ou même de me mettre hors de moi. 
     Vous l’aurez bien compris, puisque vous lisez cet article à l’heure actuelle, c’est que j’ai sauté le pas et j’ai décidé d’ouvrir mon coeur, d’épancher mes pensées, bref de cracher le morceau lol
NOTE : Dans cet article je vais citer quelques commentaires que j’ai reçus, je tiens à préciser que je n’ai absolument rien contre ces personnes. Je suis habituée à recevoir régulièrement des critiques et insultes sous mes photos, articles et vidéos et cela ne me blesse plus. Cela dit je les partage ici car ce sont des commentaires qui me choquent, qu’ils soient adressés à moi ou à n’importe qui d’autre, c’est l’idée dégagée qui me choque, comme un dégoût de la nudité.
     Ce soir j’ai envie de parler de la nudité, de notre rapport à la nudité et de l’image que représente un corps nu dans notre Société. Ce sujet revient beaucoup sur le tapis en ce moment car 2 Miss viennent d’être destituées suite à la découverte de photos d’elles dénudées ; ce qui me choque ici c’est qu’en 2015 on puisse encore être choqué par ce type d’images et surtout qu’on les catalogue de décadentes. 
     Coïncidence, le jour même où cela s’est produit, je faisais une séance photos comprenant également du nu artistique (RIEN à voir avec la pornographie ou la prostitution, n’hésitez pas à vous renseigner) et j’ai partagé cette image sur mon compte instagram :
     Concrètement sur cette image (qui en plus n’apparaît qu’en format réduit et est prise de loin) on ne voit absolument QUE mes jambes. La nudité est devinée, suggérée mais pas montrée ici. Et voici quelques commentaires et smileys que j’ai reçus :
Suis-je normale ?
     Pourquoi dans notre Société la nudité est signe de vulgarité, de perversion et de honte alors que dans ma tête la nudité symbolise la pureté, la simplicité et la beauté ?
     Pourquoi un corps nu est vu par notre Société comme un objet tabou, impropre, pornographique alors que dans ma tête le corps nu représente la sensualité, la douceur et l’amour ?
    Pourquoi dans notre Société, faire des photos de son corps ou partie de son corps c’est de la provocation, de la prostitution et un manque de respect alors que dans ma tête, se montrer au monde c’est s’aimer, s’accepter et immortaliser cette acceptation de soi ?
On a le droit d’être pudique mais le devoir de rester respectueux
    Je comprends parfaitement que des gens puissent être pudiques et ne souhaitent pas se dénuder devant les autres, mais la cohabitation et l’acceptation de l’autre est tout à fait possible. En effet on peut être pudique et respecter le fait que d’autres personnes ne le soient pas ou le soient moins. Il n’y  pas à être d’accord ou non, à cautionner ou non la nudité car finalement, elle nous concerne tous à un moment donné ou à un autre.. ben oui, on se retrouve TOUS nu à certains moments. (Attention je ne parle pas ici d’exhibitionnisme sexuel, ne mélangeons pas les torchons et les serviettes SVP.) 
     Voici 2 commentaires que j’ai retrouvés sous l’une de mes vidéos dans laquelle j’abordais très vite fait le sujet de la photo et du nu artistique :
La culture et le respect de nos différences 
     Certaines personnes aiment le chocolat et les bonbons, d’autres préfèrent les chips et les frites.
     Certaines personnes aiment les poêlées de légumes, d’autres préfèrent la charcuterie.
     Certaines personnes aiment les hommes, certains aiment les femmes, d’autres aiment les deux.
     Certaines personnes aiment la campagne, d’autres préfèrent la vie citadine.
     Certaines personnes aiment la mode, d’autres préfèrent le nudisme.
     Certaines personnes aiment parler d’amour, d’autres préfèrent faire l’amour.
     Certaines personnes aiment les gros seins, d’autres préfèrent les petits.
     Certaines personne aiment être seules, d’autres préfèrent être entourées.
     Certaines personnes aiment le risque et l’aventure, d’autres préfèrent la sécurité de l’habitude.
     Certaines personnes… 
     Je pourrais continuer cette liste encore et encore, et je suis sûre que vous aussi finalement…
     ♥ Tout ça pour dire que selon moi, peu importe nos goûts et nos préférences, tant que l’on n’impose rien à personne, tant que l’on ne force pas l’autre à être comme nous, tant que l’on n’entrave pas la liberté de l’autre et que l’on ne lui impose pas une ligne de conduite qu’il n’a pas choisie. ♥

Pourquoi notre Société est-elle si incohérente ?

      Pourquoi est-ce que plus le temps passe et plus on « évolue », plus on régresse et plus on a de tabous et de sujets que l’on trouve honteux ? Pourquoi la nudité, la sexualité, la passion et le désir sont des sujets classés dans la catégorie « dépravation » « obscénité » « débauche » ou encore « dévergondage » alors que la grossesse et l’enfantement restent eux symbole de « pureté » « beauté » « décence » et presque « chasteté » ?! Quelle incohérence, quel illogisme, quelle hypocrisie ! Je trouve que l’on oublie bien vite qu’avant d’être enceinte et d’incarner la « pureté », nudité, sexe et plaisir je l’espère, sont passés par là ! 
  
     Le calendrier des « Dieux du Stade » fait rêver, des hommes nus on aime et on en redemande, qu’en serait-il si une équipe de sportives faisait de même ? Je ne suis pas sûre que les réactions seraient aussi positives… Dire qu’à l’époque de nos parents on se battait pour aller vers la libération et la « détaboutisation » de la nudité et de la sexualité… aujourd’hui on a une Société rétrograde (un peu à l’image de la mode j’ai envie de dire…plus les années passent plus j’ai l’impression qu’on s’habille comme dans l’ancien temps lol). 

Aujourd’hui on est choqué par de plus en plus de choses :
      On a honte de notre corps nu alors on le cache de plus en plus et on fait se sentir mal les gens qui, eux, ne sont pas pudiques. On est choqué par un décolleté que l’on juge un peu trop plongeant, une jupe que l’on trouve un peu trop courte, des seins que l’on trouve trop gros, des corps que l’on trouve trop gros ou trop minces, une femme topless sur la plage… 
     On a honte de notre sexualité, résultat, de moins en moins de couples sont sexuellement épanouis et pire, de plus en plus de femmes ne connaissent pas leur propre corps ni même le plaisir sexuel… Combien d’entre vous, mesdames, qui me lisez en ce moment, pratiquent et assument le fait de se masturber par exemple ? J’aborderai ce sujet en vidéo très bientôt parce que là aussi il y a à dire !
     On a honte de prendre soin de soi (à tous les niveaux) et on veut se faire sentir coupable ceux qui aiment se reposer, améliorer leur apparence, se maquiller ou faire du sport. 
     On a honte de la quête du plaisir et on veut faire se sentir mal ceux qui aiment se plaire, plaire aux autres ou même se donner du plaisir. 
     D’ailleurs une chose qui me surprend aussi c’est qu’aujourd’hui ce ne sont pas les hommes qui sont les plus choqués par la nudité des femmes, ce sont les femmes ! Les femmes sont choquées par le corps des femmes…c’est à n’y rien comprendre !
     Je pense que notre Société est de plus en plus coincée et complexée, on est de plus en plus enclins à juger les autres, à les critiquer, à regarder ce qu’ils font et comment ils vivent pour se rassurer et se dire que l’on va dans la bonne direction, et dès que les autres prennent d’autres chemins que nous, alors ils sont des fous, des abrutis ou des gens dangereux.
Mon corps, ma nudité

     Avant de mettre un point final à cet article, que dis-je, ce roman ! lol Je voudrais vous faire part de mon expérience de la nudité et la vision de mon corps. Celles et ceux qui me suivent depuis un moment ne sont pas sans savoir qu’adolescente j’ai souffert d’un surpoids qui m’a plongée dans le gouffre de l’anorexie et de la boulimie vomitive. Mon corps me dégoûtait littéralement. Je me cachais et me renfermais de plus en plus sur moi même.
     Le jour où j’ai commencé à sortir de cet enfer, j’ai décidé de réapprendre à m’accepter mais c’était très dur car je me voyais dans un miroir déformant et malgré ma perte de poids et les compliments de mon mari, je me trouvais toujours grosse et repoussante. J’ai décidé de m’inscrire sur un site de photographie et de poser pour un photographe. J’ai fait mes 1ères photos de nu artistique (je faisais presque 10kgs de plus qu’aujourd’hui et j’étais encore très mal dans ma peau à l’époque) et ça s’est passé à merveille. Les photos étaient très belles et j’ai eu envie de recommencer de nouvelles séances. Ça a un peu été ma thérapie, j’ai appris à avoir un regard neuf sur mon corps et au fil du temps j’ai fini par m’accepter.
     Aujourd’hui je fais beaucoup moins de photos, j’aime toujours autant ça mais finalement peut-être que je n’en ressens plus le besoin, comme si ma thérapie était finie. Aujourd’hui je m’aime, je m’assume et je ne fais des photos que par plaisir et non plus pour me « soigner » d’un mal-être. 
     Je pense que je vais m’arrêter là car je pourrais continuer d’écrire pendant des heures sur ce sujet…je finirai simplement en vous donnant ma vision du respect des autres et de soi-même :
♥ Faire ce que j’aime, aimer ce que je fais et
accepter que les autres n’aiment pas forcément faire les même choses que moi ♥

Le communautarisme alimentaire

 Voici ma dernière vidéo qui a fait polémique :
Je viens de faire cette vidéo sur l’alimentation 100% cru, je ne voulais vraiment pas dénoncer cette alimentation car certaines personnes le vivent très bien. Je voulais surtout dénoncer le fait que certaines personnes pensent que LEUR alimentation est LA meilleure et ne laissent pas le champ ouvert à quelque « dérive » que ce soit (si on peut appeler ça comme ça d’ailleurs).
Dans cette vidéo je dis haut et fort que je ne critique personne mais apparemment certains n’entendent que ce qu’ils veulent entendre et c’est bien dommage 🙁
Je ne suis pas là pour faire une « guéguerre » entre les 100% cru, les végétaliens, végétariens ou omnivores, bien au contraire ! Chacun fait ce qu’il veut tant que c’est bon pour lui et je veux juste qu’on me fiche la paix sur mes choix alimentaires, chacun est libre de manger ce qu’il veut (et encore heureux !), qu’on arrête de vouloir me faire rentrer dans un moule, c’est peine perdue.
En faisant cette vidéo, je m’attendais à avoir certaines critiques.

Je souhaite revenir sur ce qui semble vous avoir le plus choqué : la comparaison communauté/secte
Je n’aime pas le mot « communauté » un point c’est tout. 
Mais j’étais persuadée que ce mot allait en choquer certains, le seul mot sur lequel on pouvait m’attaquer réellement dans cette vidéo. 
Je suis végétalienne, mon père non, ma mère non plus, ma soeur non plus, beaucoup de mes amis non plus; pourtant, je ne me sens pas « à part » d’eux, je me sens comme eux, je sais qu’on fait partie de la même communauté : les êtres humains. Appartenir à une communauté équivaut forcément à se mettre à l’écart, à mettre les autre à l’écart, à se renfermer, s’isoler, se sentir différent des autres et parfois même à se sentir supérieur aux autres chez certains. Mais non, je vous assure que le végétalien (ou le crudivore, ou l’omnivore ou autre) n’est pas un être supérieur et le mot « communauté » ne doit pas être utilisé lorsqu’on parle de régime alimentaire.

Je n’aime pas le mot « communauté » car il est justement très difficile d’être « accepté » par la « communauté crudivore » si on ne respecte pas les règles à 100%. De nombreuses personnes me comprendrons; dès que l’on fait un écart, aussi minime qu’il soit, on est jugé et même lynché, non mais on va où là ?

On est pas obligés de respecter une doctrine à 100% pour que nos actes et idées aient de la valeur.
Donc navré que la comparaison choque mais oui, certaines attitudes rendent le mot « communauté » bien négatif lorsqu’on sépare des régimes alimentaires. En effet, on met une barrière nette pour séparer chaque façon de manger, selon moi l’alimentation n’est pas une science exacte et les différents modes alimentaires sont séparés (devraient en tous les cas) par des frontières FLOUES et non marquées comme certains voudraient le faire. 
Depuis que je parle de mon alimentation on me critique sur l’utilisation que je fais des mots « végétalisme », « frugivorisme », « crudivorisme », « fruitarisme » car je ferais « l’amalgame » mais à quoi servent tous ces mots si ce n’est à cataloguer les gens et les séparer, les isoler les uns des autres ?! On porte une étiquette alimentaire maintenant ?! Je ne suis pas d’accord avec cette idée.
Donc effectivement ce mot « communautarisme », je ne l’aime pas. C’est un repli sur soi-même qui nous éloigne de notre amour pour Autrui (celui qui ne mange pas forcément EXACTEMENT comme nous) et je trouve ça grave.
Pourquoi utiliser le mot « communauté » alors qu’on parle d’une alimentation ? 
On ne dit pas « je fais partie de la communauté des allergiques au gluten », si ?
On ne dit pas « je fais partie de la communauté des omnivores », si ?
On ne dit pas « je fais partie de la communauté des piscivores », si ?
Pourquoi on aurait une communauté crudivore ? (qui d’ailleurs sépare volontiers les crudivores végétaliens et non végétaliens…)
J’ai fait cette vidéo parce que j’en ai vraiment assez qu’on associe ma chaîne au crudivorisme et à tous les sites connus qui le prône.
Oui j’aime manger cru, oui c’est bon pour la santé et oui je mange un max de cru possible MAIS je ne prône pas le cru à 100% et d’ailleurs je ne prône rien du tout, je partage juste ma façon de vivre, de manger, de faire du sport. 

(au vu des commentaires, certaines personnes n’ont pas vu cette phrase..)

Chacun ses méthodes, il s’agit de partage et de rien d’autre, libre à chacun de faire son chemin. Je veux juste qu’on arrête de m’assimiler et m’associer au crudivorisme car je n’en fais PAS partie.
Un commentaire parmi tant d’autres sur
mes écarts non végétaliens pendant ma semaine de vacances avec ma
famille après à peine 6 mois de végétalisme (après 1 an je me considère
toujours en transition, doucement mais sûrement c’est le plus important
selon moi) :
«  « C’est sûr c’est pas végétalien mais j’étais en vacances et j’avais
pas envie de me créer de frustration » Non mais sérieusement Juliana, tu
te rends compte du message qui passe à travers ce que tu dis là? Pas de viande=frustration « 
 A l’époque oui, pour moi c’était de la frustration que de ne pas manger au moins un peu comme les autres. Et alors ?! Je ne suis pas un modèle ou une militante, j’ai juste envie de faire de chacun de mes repas un moment agréable et plaisant.
Vous serez peut être outré par cet article mais en accord avec d’autres de mes vidéos, donc zappez cet article et passez à un autre. Il est très dangereux d’être 100% d’accord avec quelqu’un quel qu’en soit le sujet, on ne peut pas suivre à 100% les idées de quelqu’un, on doit savoir se faire son propre avis 🙂

A tous les crudivores qui ont été choqués par ma position sur le mot « communauté », saviez vous qu’il existe des crudivores qui ne sont pas végétaliens ? Qui vont donc manger des oeufs crus, de la viande crue, du poisson cru, boire du lait… ? Ils sont donc crudivores, les considérez vous comme faisant partie de votre communauté crudivore ? Pensez-y…

Et je ne parlerai pas ici de « l’instincto-thérapie » (bouhh !!!… encore des huées ?) car trouver son instinct alimentaire c’est une chose mais l’histoire va beaucoup plus loin et s’est même terminée derrière les barreaux…
Quand quelqu’un mange de la viande, des produits laitiers, je ne vais JAMAIS lui dire « c’est mauvais pour ta santé, arrête d’en manger maintenant » je vais lui dire avec douceur les choses, l’aider à apprendre à manger mieux et je ne le rejetterai jamais. Certains vont le rejeter parce qu’il ne rentre pas dans le « code » de la communauté végétalienne (ou crudivore ou autre intitulé) parce qu’il aura mangé un bout de fromage pour son anniversaire, un morceau de poulet à Noël ou une huître le jour de l’An. 
Pourquoi est-ce que j’ai l’audace d’utiliser le mot secte ? Parce que l’argent intervient trop souvent dès lors qu’on parle d’une alimentation nouvelle, peu connue. J’entends déjà certains me huer mais oui c’est la vérité, arrêtons d’être hypocrite, l’argent rentre trop souvent en jeu lorsqu’on parle de l’alimentation crudivore, pourquoi ?! Les cours de cuisine, les stages de découverte, les conférences, les ustensiles indispensables, les super-aliments, les compléments alimentaires qui viennent de l’autre bout du monde, les gélules aux plantes magiques faites de mélanges secrets-mystérieux-mystiques, les sites qui incitent aux dons (l’air de rien, bien sûr sinon ça passe pas)… le crudivorisme est-il une alimentation simple ou un business?
Oui j’ai utilisé le mot secte, oui c’est un mot fort, mais c’est parce que je voulais faire passer un message fort. Faites vos choix, ouvrez les yeux et ne foncez pas tête baissée, quel que soit le chemin que vous prendrez.
Et comme le dit Eleonore Bridge dans son dernier article au sujet du
végétarisme : « Comme si il fallait être irréprochable sur l’ensemble de
sa démarche pour qu’un engagement ait une valeur. »
J’aime tellement
cette phrase.
A tous les mangeurs de l’extrême, tenez vous prêts, la semaine prochaine une nouvelle vidéo grâce à laquelle vous pourrez à nouveau vous lâcher et me lyncher (humour). 😉
Belle journée à tous et un grand merci à tous ceux qui m’ont lue jusqu’au bout.